25 Apr 2019

Luminare: The DHS Program Blog Series on Innovation

This blog post is part of Luminare: The DHS Program Blog Series on Innovation. You can find additional posts in the Luminare series here.


Electronic data collection is now the standard in virtually all DHS surveys.

While The DHS Program is known for comparability and standard methods, it would not be relevant today without innovation. We’ve made big leaps – like moving from paper to tablet-based interviewing and from basic print publications to web and mobile data dissemination. We’ve integrated complex biomarker testing and developed weeks-long curricula in data analysis and use. We’ve also made hundreds of smaller, less flashy improvements, such as use of WhatsApp to communicate with field teams and the use of checklists to improve biomarker collection. Innovation – large and small – is part of life at The DHS Program, as we are constantly seeking new ways to solve problems, increase efficiency, and improve data quality while meeting the needs of an increasingly diverse audience. 

Over the course of the next several years, we will be undertaking a systematic review of new ideas, from new biomarker assays to non-traditional partnerships. This new blog series is just one of the ways that we will be exploring and sharing innovations. We will also be holding topical consultations with experts, reviewing the academic literature, attending key conferences, and interviewing key informants such as external survey experts, staff, consultants, and implementing agency representatives. 

Joanna Lowell, DHS-8’s Senior Science Advisor and Innovation Champion

In DHS-8, we have an even stronger mandate to innovate, and for the first time ever, we have a formal innovation strategy which is led by our new Senior Science Advisor, Joanna Lowell. Her job, in part, is to lead the “deliberate exploration and strategic incorporation of state-of-the-art advances in survey tools methodologies, and partnerships.”   

We welcome your ideas. You can reach out to Joanna directly at Innovations@dhsprogram.com and look out for announcements regarding other ways to contribute. 

10 Apr 2019

The DHS Program at the 2019 PAA Annual Meeting

DHS Program staff at the 2018 PAA Annual Meeting in Denver, Colorado. © 2018 ICF

Today marks the first day of the 2019 Population Association of America (PAA) Annual Meeting, and we’re excited to be back! The PAA Annual Meeting attracts demographers and other public health professionals from across the world to present their research, hear of others’ findings, and network with peers.

DHS Program staff will be available at booth #1 in the exhibition hall to answer your questions about DHS data, to provide tours of our web and mobile tools, and to distribute free DHS Program publications. So don’t be shy and stop by the exhibit hall to say hello!

Download The DHS Program at PAA Flyer for more details.

DHS Program staff will also be presenting their findings using DHS data. Find the schedule below:

04 Apr 2019

Spotlight on Implementing Agencies: Democratic Republic of the Congo

In January 2019, The DHS Program welcomed visitors from the Democratic Republic of the Congo. This post is one in a series of interviews with visitors to DHS headquarters.

Don’t read French? You can use the translate feature at the top of the page!

Nom : Didine K. Kaba

Pays d’origine :  République Démocratique du Congo

Titre et organisation : Professeur (MD, PhD), Département d’Epidémiologie et Bio statistiques, Ecole de Santé Publique de l’Université de Kinshasa

Rôle dans l’EPSS RDC 2017-2018 : Co-Investigateur de l’enquête


Vous pouvez nous raconter un peu sur votre expérience avec l’EPSS RDC 2017-2018 ?

C’est une enquête intéressante qui nous a permis d’auto évaluer nos compétences dans la réalisation d’une enquête de grande envergure. Dans l’EPSS, il s’est agi d’un échantillon des formations sanitaires disséminées partout en RDC.

Le pays étant grand (26 provinces), les données ont été collectées par vague, qui a été décidée afin de diminuer les sites de formation, permettre une bonne supervision des formations, et assurer ainsi la qualité des données.

Une autre chose que nous avons expérimenté, c’est l’appropriation de l’enquête par le Ministère de la Santé Publique, présent de l’adaptation des questionnaires jusqu’à la rédaction du premier draft du rapport de l’enquête. Son implication à tous les niveaux a facilité la tâche à nos différentes équipes, plus particulièrement à celles chargées de la collecte des données.

L’EPSS RDC 2017-2018 est la première EPSS en RDC. Vous pouvez commenter sur quelques défis ou succès spécifiques à une telle enquête, surtout étant la première expérience ?

Un défi c’est l’immensité du pays, avec accès très difficile dans l’arrière-pays, sans compter le fait que des conflits armés étaient encours dans le pays pendant la collecte des données. Au sein d’une même province, le transport aérien était parfois nécessaire pour accéder à des formations sanitaires soit séparées des autres par des champs de guerre ou alors d’accès difficile par route. Nous disposions également dans l’échantillon des formations sanitaires qui ne pouvaient être atteintes que par pirogue ou hors-bord. Ainsi, nous devrions d’une part respecter l’échantillon des formations sanitaires pour assurer la représentativité et d’autre part veiller à la sécurité des agents de collecte des données. Ce défi a également été relevé. En effet, nous avons collecté les données dans 1380 formations sanitaires sur les 1412, seuls deux pourcents de formations sanitaires n’ont pas été enquêtées.

Comment espérez-vous que les données de l’EPSS RDC 2017-2018 soient utilisées ?

Ces données sont très importantes et très attendues dans le pays. Chaque programme s’intéressera aux données en lien avec son domaine d’intervention. Les données de cette évaluation serviront à l’identification des problèmes à résoudre en vue de l’amélioration de la qualité de l’offre de service des soins en RDC.

Quelles sont d’autres leçons apprises ou pensées que vous aimeriez partager ?

  • Une autre procédure de rédaction d’un rapport d’enquête : informations clés pour chaque chapitre, encadrés pour définir chaque indicateur et commentaires par caractéristique de base ;
  • Maitrise de la formation des adultes/Andragogie : utilisé dans la formation des agents de collecte des données ;
  • Analyse des éditions secondaires des données et des tableaux de qualité avec feedback vers les agents de terrain pour l’amélioration de la qualité des données collectées ;
  • La collaboration entre institutions et le fait d’avoir de la considération des uns envers les autres au sein de l’équipe de recherche ont été le gage de la réussite de l’EPSS RDC 2017-2018. Chaque membre de l’équipe de recherche (agent de collecte des données, facilitateurs/superviseurs, agent de saisie, équipe informatique, équipe de coordination, etc.) avait fait de cette enquête son affaire. Notre motivation était la satisfaction de voir l’enquête se dérouler avec succès. Oui, c’était ça la clé de notre réussite.

The 2017-18  Democratic Republic of the Congo SPA  was released on March 22, 2019.

Download the final report here.

© ICF

The information provided on this Web site is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

The DHS Program, ICF
530 Gaither Road, Suite 500, Rockville, MD 20850
Tel: +1 (301) 407-6500 • Fax: +1 (301) 407-6501
dhsprogram.com

Anthropometry measurement (height and weight) is a core component of DHS surveys that is used to generate indicators on nutritional status. The Biomarker Questionnaire now includes questions on clothing and hairstyle interference on measurements for both women and children for improved interpretation.