Category Archives: Implementing Agencies

25 Jul 2019

Mauritanian MOH Prepares for First Mauritania DHS Survey since 2001

After almost 20 years, The DHS Program is thrilled to be supporting the Mauritanian Ministry of Health in the implementation of a Demographic and Health Survey. On March 26, 2019, we were honored to welcome his Excellency the Minister of Health of the Islamic Republic of Mauritania, Pr. Kane Boubacar, along with Dr. Naceredine Ouldzeidoune of the World Health Organization (WHO) in Mauritania, and Dr. Moustapha Mohamedou, Director-General of the Mauritania Institut d’Hépato-Virologie to The DHS Program office in Rockville, Maryland.

The Minister and Dr. Ouldzeidoune provided opening remarks, highlighting the great demand for DHS data in Mauritania. Sunita Kishor, the Director of The DHS Program, presented the history, objectives, and methodology of The DHS Program. Other key staff presented on the survey design and biomarker collection aspects of the upcoming 2019-20 Mauritania DHS (L’Enquête Démographique et de Santé de Mauritanie or EDSM). Madeleine Short Fabic, Public Health Advisor at USAID, also participated in the meeting.

There is a high level of interest among health stakeholders in Mauritania in this survey, as it will provide an opportunity for trend analysis as well as several new indicators. In addition to the standard DHS indicators, the survey will include maternal mortality, hepatitis B testing among those age 1-59 years, and malaria prevalence among children age 6-59 months.

The DHS Program looks forward to working with the Government of Mauritania, WHO, and other survey stakeholders to support the 2019-20 EDSM.



(photo left to right): Mamadou Diallo (Data Processing Specialist), Guillermo Rojas (Chief of Data Processing), Cameron Taylor (Malaria Advisor), Dr. Moustapha Mohamedou (Director-General of the Mauritania Institut d’Hépato-Virologie), Hamdy Moussa (Survey Manager), Gisele Dunia (Capacity Strengthening Advisor), Dean Garrett (Senior Laboratory and Biomarker Advisor), Dr. Naceredine Ouldzeidoune (WHO Mauritania), Julia Fleuret (Survey Manager for Mauritania), Sunita Kishor (DHS Program Director), Leo Ryan (Senior Vice President, ICF), Pr. Kane Boubacar (Minister of Health of the Islamic Republic of Mauritania), Jose Miguel Guzman (Regional Coordinator), Madeleine Short Fabic (Public Health Advisor, USAID), and Peter Aka (Lead Epidemiologist). ©ICF

12 Jun 2019

Luminare: The Senegal Continuous Survey

This blog post is part of Luminare, our new blog series exploring innovative solutions to data collection, quality assurance, biomarker measurement, data use, and further analysis.


Two needs are often expressed by both DHS host countries and donors: 1) for data to be made available more frequently, and 2) for the continued strengthening of implementing agencies’ capacity to conduct surveys. Among various innovations that The DHS Program has pursued to respond to these needs is the Continuous Survey (CS) model.

What is a Continuous Survey?

In a CS, data are collected and reported annually by a permanently maintained office and field staff.  A smaller sample size is designed to provide estimates at the national level and for urban/rural residence every year. For regional-level estimates, data are pooled over multiple consecutive phases. Through both the smaller sample and continuously maintained staff, the model can lower costs and institutionalize the implementing agency’s ability to conduct a DHS survey. In 2004, Peru became the first country to conduct a CS, and the effort is still ongoing.

How did Senegal implement a Continuous Survey?

Inspired by the Peru experience, USAID and The DHS Program piloted the CS model in Africa. Senegal was chosen for its long survey history and the capacity of the local implementing agency, Agence Nationale de la Statistique et la Démographie (ANSD). The Senegal Continuous Survey (SCS) expanded on the original model to include an annual facility-based Continuous Service Provision Assessment (C-SPA), in addition to the household-based Continuous Demographic and Health Survey (C-DHS). The SCS was conducted in five phases, spanning the period from 2012 to 2018.

Covers from final reports from each of the five phases of the SCS.

What were the successes and challenges of the SCS?

ANSD partnered with Le Soleil newspaper to create an 8-page spread highlighting results from the 2016 SCS.

The SCS demonstrated many successes. Senegal is the only country in Africa to annually collect nationally representative demographic and health data, allowing Senegal to monitor progress towards the SDGs every year. This was also the first time a country releases both facility and household data at the same time. This model of releasing C-SPA data annually and in conjunction with the C-DHS resulted in flourishing data use for both surveys.

The SCS greatly strengthened capacity in Senegal. ANSD is now capable of conducting DHS and SPA surveys with only limited technical assistance. ANSD has the initiative to move beyond the pilot to implement the 2018 SCS with limited technical assistance and is already continuing the annual surveys.

Most surveys encounter challenges, and, in the Senegal experience, CS-specific design challenges emerged. Some stakeholders were concerned about the approach of pooling two consecutive years of CS data to generate a large enough sample size for regional-level estimates. Additionally, a census and an updated health facility master list in Senegal during the SCS pilot period resulted in new sampling frames for both the C-DHS and the C-SPA, and subsequent challenges in data interpretation. Finally, survey dissemination activities overlapped with the next phase’s design and implementation activities, increasing the burden on ANSD.

The CS model demands an overlap of activities. While one phase moves toward dissemination, planning is already occurring for the next phase of data collection, as evidenced in the SCS pilot experience.

Lessons learned from the SCS experience will inform The DHS Program’s continued efforts to innovate in the areas of data collection and use.

04 Apr 2019

Spotlight on Implementing Agencies: Democratic Republic of the Congo

In January 2019, The DHS Program welcomed visitors from the Democratic Republic of the Congo. This post is one in a series of interviews with visitors to DHS headquarters.

Don’t read French? You can use the translate feature at the top of the page!

Nom : Didine K. Kaba

Pays d’origine :  République Démocratique du Congo

Titre et organisation : Professeur (MD, PhD), Département d’Epidémiologie et Bio statistiques, Ecole de Santé Publique de l’Université de Kinshasa

Rôle dans l’EPSS RDC 2017-2018 : Co-Investigateur de l’enquête


Vous pouvez nous raconter un peu sur votre expérience avec l’EPSS RDC 2017-2018 ?

C’est une enquête intéressante qui nous a permis d’auto évaluer nos compétences dans la réalisation d’une enquête de grande envergure. Dans l’EPSS, il s’est agi d’un échantillon des formations sanitaires disséminées partout en RDC.

Le pays étant grand (26 provinces), les données ont été collectées par vague, qui a été décidée afin de diminuer les sites de formation, permettre une bonne supervision des formations, et assurer ainsi la qualité des données.

Une autre chose que nous avons expérimenté, c’est l’appropriation de l’enquête par le Ministère de la Santé Publique, présent de l’adaptation des questionnaires jusqu’à la rédaction du premier draft du rapport de l’enquête. Son implication à tous les niveaux a facilité la tâche à nos différentes équipes, plus particulièrement à celles chargées de la collecte des données.

L’EPSS RDC 2017-2018 est la première EPSS en RDC. Vous pouvez commenter sur quelques défis ou succès spécifiques à une telle enquête, surtout étant la première expérience ?

Un défi c’est l’immensité du pays, avec accès très difficile dans l’arrière-pays, sans compter le fait que des conflits armés étaient encours dans le pays pendant la collecte des données. Au sein d’une même province, le transport aérien était parfois nécessaire pour accéder à des formations sanitaires soit séparées des autres par des champs de guerre ou alors d’accès difficile par route. Nous disposions également dans l’échantillon des formations sanitaires qui ne pouvaient être atteintes que par pirogue ou hors-bord. Ainsi, nous devrions d’une part respecter l’échantillon des formations sanitaires pour assurer la représentativité et d’autre part veiller à la sécurité des agents de collecte des données. Ce défi a également été relevé. En effet, nous avons collecté les données dans 1380 formations sanitaires sur les 1412, seuls deux pourcents de formations sanitaires n’ont pas été enquêtées.

Comment espérez-vous que les données de l’EPSS RDC 2017-2018 soient utilisées ?

Ces données sont très importantes et très attendues dans le pays. Chaque programme s’intéressera aux données en lien avec son domaine d’intervention. Les données de cette évaluation serviront à l’identification des problèmes à résoudre en vue de l’amélioration de la qualité de l’offre de service des soins en RDC.

Quelles sont d’autres leçons apprises ou pensées que vous aimeriez partager ?

  • Une autre procédure de rédaction d’un rapport d’enquête : informations clés pour chaque chapitre, encadrés pour définir chaque indicateur et commentaires par caractéristique de base ;
  • Maitrise de la formation des adultes/Andragogie : utilisé dans la formation des agents de collecte des données ;
  • Analyse des éditions secondaires des données et des tableaux de qualité avec feedback vers les agents de terrain pour l’amélioration de la qualité des données collectées ;
  • La collaboration entre institutions et le fait d’avoir de la considération des uns envers les autres au sein de l’équipe de recherche ont été le gage de la réussite de l’EPSS RDC 2017-2018. Chaque membre de l’équipe de recherche (agent de collecte des données, facilitateurs/superviseurs, agent de saisie, équipe informatique, équipe de coordination, etc.) avait fait de cette enquête son affaire. Notre motivation était la satisfaction de voir l’enquête se dérouler avec succès. Oui, c’était ça la clé de notre réussite.

The 2017-18  Democratic Republic of the Congo SPA  was released on March 22, 2019.

Download the final report here.

© ICF

07 Nov 2018

Spotlight on Implementing Agencies: Senegal

In July 2018, The DHS Program welcomed visitors from Senegal who came to the office to finalize the reports for the 2017 Continuous Survey (Continuous DHS (EDS-C) and Continuous SPA (ECPSS)).

Don’t read French? You can use the translate feature at the top of the page!

Nom, titre et organisation : Samba NDIAYE, Chef de Division du Recensement et des Statistiques Démographiques (DRSD) de l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) ; Papa Ibrahim Sylmang SENE, Directeur des Statistiques Démographiques et Sociales, ANSD ; Papa Mabeye DIOP, ANSD ; Ibou GUISSE, Médecin, ANSD ; Awa Cissoko FAYE, Chef de Bureau Conception et Méthodes d’Analyses Sociodémographiques, ANSD

Qu’est-ce qui vous a le plus surpris lors de votre séjour à «The DHS Program »?

NDIAYE : Le dispositif organisationnel et la répartition des fonctions.

Qu’est-ce qui vous manque le plus quand vous êtes ici ?

GUISSE : Ma famille, les plats sénégalais, le téléphone.

Quel est votre chapitre ou indicateur préféré de l’EDS-C ou l’ECPSS, et pourquoi ? 

FAYE : La mortalité maternelle car elle est collectée tous les cinq ans  dans l’EDS, c’est-à-dire très attendue par le Ministère de la Santé et de l’Action Sociale.

GUISSE : La planification familiale (PF), car depuis le début de l’EDS en 2012 on constate une nette amélioration des indicateurs de la PF (taux de prévalence  contraceptive et disponibilité des produits).

L’équipe sénégaglais partage l’expérience de l’Enquête Continue avec The DHS Program.

Comment espérez-vous que les données de l’Enquête Continue soient utilisées ?

SENE : Pour le renseignement des documents de suivi et évaluation des programmes nationaux et régionaux, pour l’élaboration des lettres des politiques sectorielles, pour la recherche (état, privé et université, etc.), pour la planification des projets et programmes.

GUISSE : Les données de l’EDS doivent être utilisées à des fins de planification (aider à la prise de décision). Mais pour cela, il faudra faire beaucoup d’efforts dans la dissémination et essayer de sortir les résultats un peu plutôt avant la planification des utilisateurs.

Sénégal va bientôt terminer son projet pilote d’implémenter une Enquête Continue qui fournit des données annuelles au cours d’une période de 5 ans. Pour vous, quel est le plus grand succès ce modèle ?

DIOP : La capacité de réaliser et d’enquêter toutes les années en respectant la publication annuelle.

NDIAYE : La prise en compte des besoins spécifiques des programmes, la production continue d’indicateur clés sur la planification familiale, le renforcement des capacités dans tout le processus.

Quel est le défi le plus grand que votre agence a surmonté lors de l’Enquête Continue ?

SENE : 1) Le défi technique ; 2) Le défi du financement ; 3) Le défi de l’appropriation par les ministères cibles comme la santé, la famille etc. ; 4) Assurer la transition vers la pérennisation, l’enquête qui est en cours en 2018.

FAYE : L’autonomie dans la réalisation de l’Enquête Continue

Quelles sont d’autres leçons apprises ou pensées que vous aimeriez partager ?

GUISSE : Travail en équipe (surtout avec d’autres personnes de culture différente), gestion des ressources surtout humaines ; la négociation avec les responsables de structures surtout privées pour faire accepter le SPA (l’ECPSS).

SENE : 1) Un excellent encadrement d’ICF dans toutes les phases du début à la fin ; 2) Un excellent programme de renforcement des capacités de l’équipe technique de l’ANSD et des utilisateurs (Ministères santé, famille, économie, etc.)

                            

Les données de l’Enquête Continue 2017 ont été restituées le 27 septembre 2018. Téléchargez les rapports finaux ici.

Légende de la photo: De gauche à droite : Peter Aka, Mamadou Diallo, Michelle Winner, Awa Cissoko Faye, Metahan Traoré, Ibou Guissé, Papa Ibrahim Sylmang Sene, Papa Mabèye Diop, Abibahata Handley, Annē Linn, Samba Ndiaye, Jose Miguel Guzman

Photo Credit: © 2018, ICF

28 Aug 2018

From the Field: 2017 Ghana Maternal Health Survey

When I arrive in the cluster, Joyce, the team supervisor, is assigning households to interviewers Mercy, Cybil, and Naa. They are seated outside a shop—tablets out to receive their assignments over Bluetooth—while in a nearby household, their colleague Vera interviews a respondent as part of the 2017 Ghana Maternal Health Survey (GMHS). After Vera finishes with her interview, they will be moving onto the next cluster. Interviewers often make callbacks, setting up a time that is convenient for the respondent and returning to the household. They will be back here tomorrow.

We walk over to the household where Vera is conducting an interview. Vera asks the respondent if it’s okay for me to observe the interview, and she agrees. The respondent is making banku, stirring a steaming pot while she answers the questions. Her young son wanders in and out of the kitchen. When we get to the more sensitive questions in the questionnaire, Vera leans in, speaking softly to put the respondent at ease. At the end of the interview, Vera thanks her, and we head back to the car.

Mercy has the hand-drawn map of the next cluster; she studies it to find the landmarks that will help them identify the boundaries. After a brief car ride, we get out and walk, using the household listing map to make sure we are in the right place. Now I’m tagging along with Naa as she finds her first assigned household. She walks up, introduces herself and the survey, and asks for the head of household.

Naa and I visit three different households over the course of the afternoon. At one, the head of household calls her daughter on her mobile phone to ask her to come home and participate in the survey. The respondent arrives, and I’m in awe. I’m not sure I’d want to go to the trouble of cutting errands short to participate in a survey. It’s even more striking that this respondent is not unique in this regard; The DHS Program would not exist without all the respondents who generously agree to give us their time and attention.

I came to visit the team with Emmanuel, a member of the Ghana Statistical Service’s (GSS) Field Operations and Logistics Unit. As the afternoon comes to an end, he says he needs to head back to the GSS head office. As a man, he cannot observe individual interviews due to the sensitive nature of some of the questions, so he spent most of the afternoon by the car after checking in with Joyce and the interviewers and handing over additional paper questionnaires. The 2017 GMHS includes verbal autopsies – extensive questions about the circumstances of each death of a woman age 12-49 that took place in the past 5 years – and those interviews use paper questionnaires. In contrast, the household and woman’s questionnaires are completed using the tablets. Emmanuel and I head back, but the work continues into the evening for Joyce, Vera, Naa, Mercy, and Cybil.

To learn more about the 2017 Ghana Maternal Health Survey, watch the Key Findings video below:

Photo Credit: Photo credit: © 2016 Sarah Hoibak VectorWorks, Courtesy of Photoshare

19 Apr 2018

Spotlight on Implementing Agencies: Burundi

In December 2017 The DHS Program welcomed visitors from Burundi. This post is one in a series of interviews with DHS headquarters. Don’t read French? You can use the translate feature at the top of the page.

Name:  Jean Marie Nkeshimana (Chef de Service, Institut de Statistiques et d’Études Économiques  du Burundi (ISTEEBU)), Hermengilde (Hermès) Mbonicuye (ISTEEBU), Nicolas Ndayishimiye (Directeur Général, ISTEEBU), Félicien Ndayizeye (Ministère de la Sante/ Programme National de la Lutte contre le Paludisme), Jeanine Niyukuri (Directrice du Département, ISTEEBU)

Quand vous ne travaillez pas, quel est l’endroit où vous préférez aller ?

Hermès: Faire du sport

Félicien: La plage

Racontez un peu de la première fois que vous avez travaillé sur des données de The DHS Program.

Jeanine: J’ai été aggreablement surpris de retrouver les données pour presque tous les pays. En plus même les donnes très anciennes s’y retrouvent.

Nicolas: J’ai travaillé pour la 1ère fois sur le données de The DHS Program avec la deuxième Enquêté Démographique et de Santé du Burundi de 2010.

Félicien: J’étais membre du comité technique de l’Enquête sur les Indicateurs du Paludisme au Burundi de 2012.

Qu’est-ce qui vous a le plus agréablement surpris lors de votre séjour à The DHS Program ?

Hermès: La générosité l’accueil du personnel spécialisé

Jean Marie: C’est l’organisation officiel du travail ou chaque staff a sa tache précise et du la quelle il est spécial.

Qu’est-ce qui vous manque le plus quand vous êtes ici ?

Félicien: Mes enfants

Nicolas: L’encadrement après le boulot

Quelle est la plus grande différence entre le bureau du The DHS Program et votre bureau dans votre pays ?

Jeanine: L’infrastructure

Nicolas: L’espace du travail

Quelle est votre page de couverture préférée pour les rapports des EDS ?

Nicolas: Les couleurs du drapeau de mon pays

Jean Marie: Celle du rapport pour le Burundi de 2010

Hermès: Vert citron

Quel est votre chapitre ou indicateur préféré, et pourquoi ?

Hermès: Violence basé sur le genre car à travers les résultats des tableaux, j’ai réellement découvert pris conscience que c’est réellement un vrai problème de société.

Nicolas: La mortalité des enfants car le gouvernement a instauré la gratuité de soins de santé pour les enfants, et je voudrais voir son impact.

Quel est le problème de population ou de santé qui vous intéresse le plus, et pourquoi ?

Nicolas: La fécondité car elle influence le dividende démographique en vue d’impulser la croissance économique dans les pays en développement en générales et celle du continent africain en particulier.

Félicien: Le paludisme car c’est une endémie dans notre pays.

Comment espérez-vous que les données de l’EDS sur votre pays soient utilisées ?

Hermès: J’espère que les autorités administratives, les plans d’actions des différents partenaires du Burundi se baserons sur les différents indicateurs pour trouver des solutions réalistes pour les différents problèmes ou défis que la société burundaise.

Jeanine: Utilisées par plus grand public et surtout servir de référence dans la prise de décision par les hautes autorités.


On April 5, 2018, the 2016-17 Burundi Demographic and Health Survey was released. Download the Final Report, Datasets, and more:

 

Photo Caption: Second row (from left to right): Jean Marie Nkeshimana, Hermenegilde Mbonicuye, Nicolas Ndayishimiye, Felicien Ndayizeye, Elam Senkomo, Jose Miguel Guzman; in the front row: Jeanine Niyukuri, Yodit Bekele. © 2018, ICF

01 Mar 2017

Spotlight on Implementing Agencies: Madagascar

De gauche à droite: José Miguel Guzmán, Louise Ranaivo, Victor Rabeza Rafaralahy, Irène Hanitra Ranaivoarison, and Marius Randriamanambintsoa

De gauche à droite: José Miguel Guzmán, Louise Ranaivo, Victor Rabeza Rafaralahy, Irène Hanitra Ranaivoarison, and Marius Randriamanambintsoa

In January 2017, The DHS Program welcomed visitors from Madagascar. This post is one in a series of interviews with visitors to DHS headquarters.

Don’t read French? You can use the translate feature at the top of the page!

Nom, titre et organisation : Louise Ranaivo (Assistante Technique, MOH, NMCP) Victor Rabeza Rafaralahy (Coordonnateur MIS-INSTAT), Irène Hanitra Ranaivoarison (Programme National de Lutte Contre le Paludisme), Marius Randriamanambintsoa (Chef de Service,  Enquêtes et Recensements Démographiques, Institut National de la Statistique)

Pays d’origine : Madagascar


Q: Racontez un peu la première fois que vous avez travaillé sur des données de « The DHS Program »:

R: Marius Randriamanambintsoa: En 2010, on a utilisé les données de l’EDS pour le memoire sur l’Education de la mère et mortalité des enfants (IFOR)

Q: Qu’est-ce que vous avez trouvé comme surprise agréable lors de votre séjour  à « The DHS Program »?

R: Louise Ranaivo : Accueil, organisation, sécurité, spécialité de chacun.

R: Victor Rabeza Rafaralahy : Plus de femmes travaillent au bureau.

Q: Qu’est-ce que vous manque le plus de chez vous quand vous êtes ici ?

R: Louise Ranaivo : Famille.

R: Marius Randriamanambintsoa : La chaleur; on dirait que tout le monde est  « cloitré » dans un coin et à envoyer de mails pour dire  « bonjour ».

Q: Quelle est la plus grande différence entre le bureau de « The DHS Program » et votre bureau dans votre pays ?

R: Irène Hanitra Ranaivoarison : La disponibilité de tout le monde en cas de problème.

R: Louise Ranaivo : Responsabilité, disponibilité, efficacité de chaque personne.

R: Marius Randriamanambintsoa : Le bureau est très vaste et calme.

Q: Quelle est votre  page de couverture préférée ?

R: Marius Randriamanambintsoa : Couleur verte
     Madagascar Enquête Démographique et de Santé 2003-04 [FR158]

R: Irène Hanitra Ranaivoarison : Paysage
     Madagascar Enquête Démographique et de Santé 2008-09 (French)

Q: Quel est votre chapitre ou indicateur préféré, et pourquoi ? 

R: Victor Rabeza Rafaralahy : La mortalité des enfants. Mortalité infantile est toujours un des grands problèmes dans les pays en développement.

R: Marius Randriamanambintsoa : Connaissance et information en matière du paludisme. Je suis expérimenté pour ce chapitre et que ça a une influence sur les moustiquaires à imprégnation durable (MID).

R: Louise Ranaivo: Prévention : « Mieux vaut prévenir que guérir ».

Q: Quel est le thème de population ou de santé qui vous intéresse le plus, et pourquoi ?

R: Victor Rabeza Rafaralahy : Nutrition et vaccination (deux problèmes clés pour la réduction de la mortalité).

R: Louise Ranaivo: Paludisme, car c’est encore un fléau. Beaucoup de facteurs entrent en scène : homme – vecteurs – parasites – environnement.

Q: Comment espérez-vous que les données de l’EIP sur votre pays seront utilisées ?

R: Louise Ranaivo: Prévention : Comparaison avec celle des données antérieures et comparaison avec autres pays.

R: Victor Rabeza Rafaralahy : Les responsables concernés par chaque donnée doivent utiliser ces résultats et en tenir compte pour améliorer leur domaine respectif.

R: Marius Randriamanambintsoa : C’est intéressant aux décideurs, les données de l’EIP. Ils ont confiance de ces données.

Q: Qu’avez–vous appris en travaillant avec « The DHS Program »?

R: Louise Ranaivo: Prévention : Qualité du travail, discussions.

R: Victor Rabeza Rafaralahy : Beaucoup de choses : productivité, rapidité contact, plus connaissance, et organisation du travail.

R: Marius Randriamanambintsoa : J’ai appris pas mal de choses comme : la méthode de travail pour faire une enquête, analyse descriptive des données, dissémination des résultats, analyse approfondie des données en utilisant les logiciels : SPSS, SPAD et STATA.


Madagascar MIS 2016 Cover Final.indd

The 2016 Madagascar MIS was released on February 28th.

Download the final report here.

 

 

 

 

13 Jul 2016

Spotlight on Implementing Agencies: Tchad

De gauche à droite: BOYALNGAR MBATINA, YODIT BEKELE , NOUBADIGNIM RONELYAMBAYE and RIGUIDE MBAISSANADJ

In April 2016, The DHS Program welcomed visitors from Tchad. This post is one in a series of interviews with visitors to DHS headquarters. Don’t read French? You can use the translate feature at the top of the page!

Nom : Riguide Mbaissanadje (Point Focal du Ministère de la Sante Publique), Noubadignim Ronelyanbaye (Chef de Service des Etudes de Population et Perspectives Démographiques de e’INSEED), et Boyalngar Mbatina (Chef de Département des Etudes Démographiques  et de la Cartographie à l’Institut National de la Statistique)

Pays d’origine : Tchad

Racontez un peu la première fois que vous avez travaillé sur des données de « The DHS Program »:

Noubadignim Ronelyanbaye: Je me suis retrouvé dans une situation semblable aux autres occasions où j’en ai travaillé sur la relecture et finalisation d’un rapport d’enquête nationale du Tchad

Boyalngar Mbatina : Préparation du mémoire de fin d’études pour l’obtention du Diplôme D’Études Supérieures Spécialisées en Démographie (DESSD)

Qu’est-ce que vous avez trouvé comme surprise  agréable lors de votre séjour  à « The DHS Program »?

Riguide Mbaissanadje : La sympathie.

Noubadignim Ronelyanbaye : Le temps passe plus vite que je ne m’attendais.

Boyalngar Mbatina : L’organisation du travail ainsi que la spécialité de chaque agent.

Qu’est-ce que vous manque le plus de chez vous quand vous êtes ici ?

Riguide Mbaissanadje: Les chaînes de télévision en Français

Noubadignim Ronelyanbaye: L’ambiance en famille

Quelle est la plus grande différence entre le bureau de «The DHS Program » et votre bureau dans votre pays ?

Riguide Mbaissanadje : La salle de café.

Noubadignim Ronelyanbaye et Boyalngar Mbatina : Le bureau DHS est bien équipé avec le minimum requis et les cadres disposent de moyens matériels pour effectuer les travaux et les tâches sont réparties d’avance.  Ce n’est pas comme chez nous où une personne ne peut pas faire beaucoup de tâches en même temps.

Quelle est votre  page de couverture préférée ?

Tout : EDST-2 du Tchad de 2004

Quel est votre chapitre ou indicateur préféré, et pourquoi ? 

Riguide Mbaissanadje : Chapitre 12, Mortalité des enfants de moins de 5 ans parce qu’il montre que la mortalité infantile est faible dans le Barh, El Grazal et le LAC.  Il y a lieu de faire une recherche sur la corrélation qui existe entre la mortalité et les indicateurs sanitaires (soins prénatals, vaccination des enfants et accouchement assisté).

Noubadignim Ronelyanbaye : Le paludisme.  Il y a 8 ménages sur 10 qui possèdent une MII (EDS-MICS 2014-15) bien qu’au Nord il n’y a pratiquement pas de paludisme.

Boyalngar Mbatina : Le chapitre sur la fécondité et l’ISF car il permet de bien comprendre les enjeux réels des problèmes et questions de population dans un pays en développement.

Quel est le thème de population ou de santé qui vous intéresse le plus, et pourquoi ?

Riguide Mbaissanadje : Le VIH/SIDA. Parce que pendant la collecte, avant la collecte, j’étais le responsable de tous les matériels… On a eu beaucoup de difficultés pendant la collecte et l’analyse au laboratoire mais les résultats nous réconfortent.

Noubadignim Ronelyanbaye : La consommation d’alcool et de tabac, les maladies nontransmissibles constituent des pathologies émergentes faisant sournoisement de savage au sein de la population et il est intéressant d’étudier les causes les plus communes qui sont le tabagisme, l’abus d’alcool, un régime alimentaire  malsain et l’inactivité physique.

Boyalngar Mbatina : Malnutrition des enfants de moins de 5 ans, car un enfant qui a un problème de croissance après deux dans, il y a peu de chance pour qu’une intervention, quoiqu’elle soit, puisse améliorer la situation.

Comment espérez-vous que les données de l’EDS sur votre pays seront utilisées ?

Riguide Mbaissanadje : Les données seront utilisées pour l’élaboration des documents politiques et stratégiques des Ministères de la Santé Publique, de l’Education Nationale et de la Femme et de l’Action Sociale

Noubadignim Ronelyanbaye : Restitution des principaux résultats aux institutions clés et personnes enquêtées; valorisation des données ; enseignements méthodologiques tirés ; concrétisation des objectifs et usages de données colletées

Boyalngar Mbatina : Pour la planification du développement et pour l’amélioration des conditions sanitaires et de vie de la population

Qu’avez–vous appris en travaillant avec «The DHS Program »?

Riguide Mbaissanadje : La collecte de sang à travers le DBS, conservation sur le terrain et la transmission au laboratoire.

Noubadignim Ronelyanbaye : La répartition équilibrée des tâches et la rigueur scientifique dans la rédaction des commentaires concernant les niveaux d’indicateurs qui ne sont pas attendues.

Boyalngar Mbatina : Le sens de responsabilité dans le travail, la rigueur dans le travail, le désir d’en savoir plus, et l’esprit d’équipe et de collaboration.

The 2014-15 Tchad EDS-MICS was released on July 11, 2016. Download the final report here.

 

 

 

 

 

29 Jun 2016

Strengthening Afghanistan’s Health Sector: Evidence from the 2015 Afghanistan DHS

Dr. Ferozuddin Feroz (left), Sayed Alam Shinwari, Micheal Kugelman, and Larry Sample at The Wilson Center's Event, "A Good Diagnosis for Afghanistan: Strengthening the Health Sector"

Dr. Ferozuddin Feroz (left), Sayed Alam Shinwari, Michael Kugelman, and Larry Sampler at The Wilson Center’s Event, “A Good Diagnosis for Afghanistan: Strengthening the Health Sector”

Working in collaboration, two Afghan government organizations– the Central Statistics Organization and the Ministry of Public Health (MOPH) – conducted Afghanistan’s first Demographic and Health Survey (AfDHS). “This in itself is an enormous milestone,” said Larry Sampler, Assistant to the Administrator for the Office of Afghanistan and Pakistan Affairs at USAID during a panel discussion at the Wilson Center, “A Good Diagnosis for Afghanistan: Strengthening the Health Sector.” Sampler, joined by the Afghanistan Minister of Public Health, Dr. Ferozuddin Feroz; Sayed Alam Shinwari, President of the Afghan Medical Professionals Association of America; and Michael Kugelman, Senior Associate for South Asia at The Wilson Center highlighted the implications of the Afghan government’s efforts to improve maternal and child health as demonstrated in the newly released 2015 AfDHS Key Indicators Report (KIR).

AfDHS-KIROf particular interest to both the MOPH and USAID, AfDHS results show progress in reducing childhood mortalityCurrently, about 1 in 20 children does not survive until their 5th birthday in Afghanistan. The majority of these childhood deaths occur during the first year of life. Compared to earlier time periods, both infant and under-five mortality have declined, suggesting that child health interventions are making a difference. Dr. Feroz explains, “The DHS survey shows that there is substantial improvement in maternal health and child health. This progress has been made through high-level commitments, a productive work environment with development partners as well as non-governmental organizations (NGOs) and local NGOs, scaling up of cost effective and lifesaving interventions across the country, training of midwives, as well as attention to equity and those living in remote areas.”

“The DHS survey demonstrates how far the Afghan public health sector has come and also how far it has to go,” stated Larry Sampler. What are the challenges of Afghanistan’s health sector? “Afghanistan still faces instability and insecurity, poverty, unemployment, the few number of midwives or health staff across the country,” explains Dr. Feroz. But in spite of these challenges, the Afghan MOPH is developing a national strategy for the next five years. “We will use this recent survey as a baseline to measure progress – to increase access to remote areas, improve the quality of services, introduce cost-effective interventions, and focus on equity issues.”

Dr. Fred Arnold of The DHS Program with Dr. Ferozuddin Feroz, Afghanistan Minister of Public Health

Dr. Fred Arnold (left)  of The DHS Program with Dr. Ferozuddin Feroz, Afghanistan Minister of Public Health

The survey covered topics including fertility and family planning, maternal and child health, childhood and maternal mortality, nutrition, malaria, HIV knowledge, and other health issues. The KIR is a short report of key indicators from the 2015 AfDHS that is meant to provide important data in a timely fashion to program managers and policy makers. Additional indicators such as the maternal mortality ratio will be included in the AfDHS Final Report, scheduled for release in late 2016.

To learn more about the Woodrow Wilson Center’s event, watch “A Good Diagnosis for Afghanistan: Strengthening the Health Sector” or visit the Wilson Center’s website.

The 2015 Afghanistan Demographic and Health Survey (2015 AfDHS) was implemented by the Central Statistics Organization and the Ministry of Public Health from June 15, 2015, to February 23, 2016. The funding for the AfDHS was provided by the United States Agency for International Development (USAID). ICF International provided technical assistance through The DHS Program, a USAID-funded project providing support and technical assistance in the implementation of population and health surveys in countries worldwide.

16 Jun 2016

Spotlight on Implementing Agencies: Lesotho

From left to right: Joanna Lowell of The DHS Program, Mr. Leutsoa Matsoso and Motsoanku Grace ‘Mefane of the Ministry of Health, Michelle Surdyk of USAID, Anna Masheane-Moseneke and Mahlape Ramoseme of the Ministry of Health

Name(s): Mrs. Anna Malefa Masheane/Moseneke (HIV/TB Clinical Officer), Miss Motsoanku Grace ‘Mefane (Sexual and Reproductive Health Manager), Miss Mahlape Ramoseme (Chief Statistician), and Mr. Leutsoa Matsoso (Head M&E Officer) of the Ministry of Health.

Country of origin:  Lesotho

When not working, favorite place to visit:

Anna: At the stadium watching football.

Motsoanku Grace: Public places to meet people, like hotels and parks, usually in the afternoon.

What has been the nicest surprise visiting The DHS Program headquarters?

Anna: Everybody seem to be busy doing their work.

Motsoanku Grace: The lack of noise.

Mahlape: Your team spirit towards your visitors.

What do you miss most about home when you are here?

Anna: Family members.

Motsoanku Grace: Braai and Papa.

Mahlape: Friends.

Leutsoa: Colleagues.

What is the biggest difference between The DHS Program headquarters office and your office at home?

Anna: Security here is very tight.

Motsoanku Grace: Staff here can work from home while in Lesotho we are always expected to come on duty for work.

What is your favorite DHS final report cover?

All: The 2009 Lesotho DHS.

Favorite DHS chapter or indicator?

Anna: Maternal Health.

Motsoanku Grace: Child Health.

Mahlape: HIV/AIDS.

What population or health issue are you most passionate about? 

Anna: Children under five.

Motsoanku Grace: Women of childbearing age.

How do you hope the DHS data from your country will be used?

Anna: For advocating for support from partners.

Motsoanku Grace: Prioritizing funding.

Mahlape: Decision making.

What have you learned from the DHS experience?

Anna: I find it easy to read and understand the tables now.

Motsoanku Grace: How to interpret surveys and write what results from them.

The 2014 Lesotho DHS was released on June 15, 2016. Download the final report here: http://bit.ly/LDHS14

The information provided on this Web site is not official U.S. Government information and does not represent the views or positions of the U.S. Agency for International Development or the U.S. Government.

The DHS Program, ICF
530 Gaither Road, Suite 500, Rockville, MD 20850
Tel: +1 (301) 407-6500 • Fax: +1 (301) 407-6501
dhsprogram.com